Cartographier la dégradation des parchemins à l’échelle microscopique sans contact ni prélèvement

Gaël Latour de l’équipe IBIV vient de publier dans le cadre d’une collaboration pluridisciplinaire un article dans la revue Scientific Reports. Ces travaux montrent le potentiel d’une technique de microscopie optique, précédemment utilisée pour l’imagerie du collagène dans les tissus biologiques, pour cartographier l’état de dégradation des parchemins anciens.






Cartographie d’un parchemin du 17e siècle (photo de gauche © Laurianne Robinet/CRCC) par microscopie optique non linéaire. Sur une zone non altérée (image au centre © LOB), le collagène intact émet de forts signaux spécifiques dits de second harmonique (en vert) qui permettent de visualiser sa structure fibrillaire caractéristique. Quelques résidus épars (graisses, élastine…) émettent des signaux de fluorescence (en rouge). Une autre zone du même parchemin, après altération (image de droite © LOB), émet des signaux de fluorescence (en rouge) non structurés, caractéristiques de la gélatinisation du collagène



Références :

"Correlative nonlinear optical microscopy and infrared nanoscopy reveals collagen degradation in altered parchments, Gaël Latour (1), Laurianne Robinet (2), Alexandre Dazzi (3), François Portier (4), Ariane Deniset-Besseau (3), Marie-Claire Schanne-Klein (5), Scientific Reports, 19 mai 2016, doi:10.1038/srep26344"

Article en ligne sur : http://www.nature.com/articles/srep26344


Télécharger le communiqué de presse
 :